Le tireur : au tour de papy Sean Penn de faire pow pow.

C’est la nouvelle tendance depuis la parution des très rentables Taken mettant en vedette Liam Neeson et The Expendables dans lequel Sylvester Stalone et sa clique d’acteurs hollywoodiens has been mettent des volées à des gros méchants pas fins, je parle de cette mode de mettre de l’avant des acteurs un peu plus âgés à la gloire souvent d’antan dans des films d’action testostéronés. Avec Le tireur, c’est maintenant au tour de Sean Penn plus musclé que jamais de se lancer dans ce « sous-genre ».

Se voulant à mi-chemin entre le film d’action pure et le thriller similipolitique qui ne sert en fait que de prétexte pour donner un peu plus de substance à l’intrigue, Le Tireur réalisé par Pierre Morel, papa de Taken, raconte l’histoire de Jim, un mercenaire incarné par Sean Penn ayant assassiné un important ministre congolais au profit d’entreprises privées et qui se retrouvent pourchassé huit ans plus tard par de mystérieux individus. Que cherchent-ils et pourquoi en veulent-ils autant à Jim qui s’est pourtant retiré pour mener une vie paisible de simple travailleur humanitaire? Bien entendu, on devine que tout cela est lié aux commanditaires du fameux assassinat et au travers de fusillades et de bagarres à mains nues et au couteau bien nerveuses, Jim devra faire la lumière sur les évènements et son passé. Ainsi la quête de Jim qui bien entendu tente de reprendre les ponts avec son ex incarné Jasmine Trinca qui joue ici de manière fade et avec peu de nuances la demoiselle en détresse, en une de rédemption. Il faut aussi dire que le quinquagénaire se fait vieux, même s’il parvient à buter avec quasi aisance presque tous les petits jeunes qui se trouvent sur son chemin.

Le Tireur est un film dans l’ensemble efficace et même s’il n’est essentiellement qu’une épice pour pimenter le récit, le côté politique du long-métrage le sert plutôt bien. Sean Penn multi oscarisé démontre encore toute sa polyvalence en tant qu’acteur en incarnant un vieux mercenaire d’élite et cela lui va plutôt bien. Il a la gueule de l’emploi, bien que ses maux de tête récurrents dans le récit liés à l’usure mentale causée par son travail sont récurrents et deviennent même ridicules, par moment. L’un des problèmes majeurs du film c’est aussi qu’il n’exploite pas assez des acteurs aussi talentueux que Javier Bardem, risible et quasi caricatural et Idris Elba qui ne fait que quelques apparitions en agent d’Interpol qui joue en quelque sorte le gardien de la bonne conscience et de la loi et l’ordre. Malgré cela, Le Tireur ne souffre pas de défauts majeurs.

Sans être le film de ce début d’année, Le Tireur a le mérite de remplir sa mission, celle de divertir sans trop de prétention un public friand du genre ou tout ceux qui aiment Sean Penn peu importe ce qu’il fait vu son talent d’acteur. Si vous cherchez un vrai thriller politique ou un film d’action un peu plus recherché comme les James Bond de Daniel Craig, passez votre tour.

3/5

J’ai aimé :

Un film sans prétention qui remplit sa mission en nous offrant des scènes d’action bien dosées

Une intrigue qui se tient debout, peu importe ce qu’en diront les soi-disant « puristes »

Je n’ai pas aimé

Javier Bardem et Idris Elba sous-exploités, surtout le premier qui a en plus le défaut d’être trop caricatural

Une mise en scène parfois un peu grotesque

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s