La French : connexion tiède

 

Il était une fois un commerce très lucratif de drogue bien ficelé et mis en place par des barons de la drogue du sud de la France et de la Méditerranée qui avaient alors leurs tentacules sur de nombreux commerces. Leur commerce allait aussi loin qu’à New York. Durant les années 1970, Hollywood flaira une bonne histoire alors que les autorités françaises et américaines menaient un combat sans merci notamment mené par le juge Pierre Michel contre cette lucrative filière. Ainsi sorti en 1971, le polar culte French Connection dont l’action se déroule et mettant en vedette Gene Hackman qui aborde le sujet. Près de 45 ans plus tard, le réalisateur Cédric Jimenez met en scène La French biopic racontant la lutte du juge Pierre Michel incarné par Jean Dujardin pour mettre fin au trafic d’héroïne principalement mené par Tany Zampa joué par Gilles Lelouche.

Superproduction française La French avait un grand potentiel en plus de bénéficier des services d’acteurs de qualité que sont Dujardin et Lelouche. D’ailleurs les décors sont grandioses et l’atmosphère retranscrit parfaitement bien le Marseille des années 1970. De plus la trame sonore présentant des succès de Blondie, Velvet Underground ou Serge Gainsbourg ajoute à l’immersion de ce film. Le jeu des acteurs est respectable, quoique Benoit Magimel qui incarne le célèbre mafieux Jacky Imbert est caricatural à souhait. On rajoutera aussi que le film qui se sert d’archives pour présenter certaines séquences le fait efficacement et celles-ci servent plutôt bien l’intrigue.

Cette intrigue est elle-même à première vue intéressante et même si on en connait les aboutissants on veut en savoir le comment et on apprécie la présentation d’une certaine dualité entre les personnages de Michel et de Zampa. C’est cependant là que le film présente ses défauts principaux. Biopic, le long-métrage prêche par un côté romanesque quétaine dans lequel on semble se préoccuper davantage sur les aboutissants des actions des personnages dans leur vie personnelle et dans leur couple que l’enquête en elle-même. Les scènes présentant les personnages interagir avec leurs enfants et dans leur couple sont la plupart du temps inutiles et rajoutent des longueurs à un film qui n’en manquent pas tout en lui donnant une dimension clichée. Le film aurait dû se concentrer essentiellement sur l’investigation de Pierre Michel et des autorités françaises en partenariat avec les Américains. De plus la narration est plutôt instable et se révèle une suite de péripéties sans trop de consistances et les différents enjeux du film deviennent confus à tel point que le long-métrage a des airs de série télé. Le montage en lui-même est désorientant et des scènes d’action trop nerveuse et brève suivent des plans longuets composés de longs dialogues pourtant peu consistants.

La French aurait pu être un excellent long métrage, mais son action confuse malgré une habile reconstitution des événements et des jeux d’acteur juste en font un biopic romanesque plutôt tiède. Dommage puisque le film de par son scénario avait un énorme potentiel.

2.5/5

J’ai aimé

La reconstitution des années 1970

La trame sonore.

Je n’ai pas aimé

Un sentimentalisme longuet

Un montage confus

la french

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s